Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
lavieillegardedelaffla.overblog.com

Pratique du Jeu d'Histoire de la période du Premier Empire "Les Aigles" avec des figurines peintes. Reconstituer des combats et des batailles en s'approchant au plus prêt de la réalité historique à la tête d'une armée de soldats de plombs.

La Dernière Bataille

Historique de la section figurines du CSA

En septembre 2012, la section figurines est créée au sein du CSA régimentaire. Cette section a pour objectif de faire partager aux passionnés l’activité du jeu d’Histoire sur la période napoléonienne. Chaque samedi après-midi, les membres du club se réunissent au régiment pour partager leur passion de la peinture de figurine et du kriegspiel.

En juin 2014, les JPO permettent aux lyonnais de découvrir l’activité au sein d’une fresque historique organisée par la section figurine en partenariat avec le musée militaire de Lyon et de nombreuses associations de reconstitution historique.

Samedi 25 avril 2015, la section organise une journée appelée « La Dernière Bataille » et tire ses derniers coups de canons avant sa fermeture.

La Dernière Bataille

La dernière bataille

Pour cette dernière bataille, bicentenaire oblige, nous avons voulu rejouer la bataille de Waterloo.

Celle-ci s'est déroulée le 18 juin 1815, en Belgique, à vingt kilomètres au sud de Bruxelles, dans l'actuelle province du Brabant wallon. Elle a opposé l'armée française dite Armée du Nord, emmenée par l'empereur Napoléon Ier, à l'armée des alliés, commandée par le duc de Wellington et composée de britanniques, d'allemands (contingents du Hanovre, du Brunswick, du Nassau) et de néerlandais (unités belges et hollandaises), secourue par l'armée prussienne commandée par le maréchal Blücher.

Historiquement, elle s'est achevée par la défaite décisive de l'armée française.

Mais ce samedi, contrairement à la vraie bataille cette fois-ci c’est l’armée française qui a balayé les lignes rouges britanniques et contenu la poussée des prussiens.

La Dernière Bataille

Répartition des troupes

L’armée française – Napoléon1er (Vincent, Loïc, Ludovic, Timothée) :

  • 13 bataillons d’infanterie ;
  • 14 régiments de cavalerie ;
  • 3 batteries d’artillerie (24 canons).

Ceci donne 272 figurines soit près de 10880 hommes opposés à 317 figurines soit près de 12680 hommes pour la coalition répartis comme suit.

L’armée britannique – Duc de Wellington (Daniel, Antoine V, Estelle, Hippolyte - 237 figurines soit près de 9480 hommes) :

  • 14 bataillons d’infanterie ;
  • 4 régiments de cavalerie ;
  • 3 batteries d’artillerie (18 canons).

Le corps prussien – Général Von Bülow (Jean-Louis, Antoine J - 80 figurines soit près de 3200 hommes) :

  • 5 bataillons d’infanterie ;
  • 1 régiment de cavalerie ;
  • 1 batterie d’artillerie (8 canons).
La Dernière Bataille

Les assauts

Bien sûr en tenant compte des mouvements de troupes de l’époque chaque joueurs a pu adapter sa stratégie. Ainsi, sur son flanc gauche, l’armée française avec le 2ème corps de Reille (Timothée) déloge les unités du 1er corps de Cooke (Antoine V) qui se sont retranchées dans le château d’Hougoumont.

Au centre, le corps de cavalerie de Kellerman (Vincent) bouscule l’audacieuse attaque de la réserve de cavalerie d’Uxbridge (Daniel).

Ensuite, la cavalerie légère du 1er corps de d’Erlon (Ludovic), soutenu par son artillerie met en fuite les deux tiers du 5ème corps de Picton (Hippolyte).

Enfin, sur son flanc droit, le 6ème corps de Lobau (Loïc) contient non sans mal l’inexorable avance du 4ème corps de Von Bülow (Jean-Louis et Antoine J).

La Dernière Bataille

La dernière journée

Dix joueurs se sont donc affrontés dans la joie et la bonne humeur au cours d’une journée de jeu.

Pour le déjeuner les épouses et compagnes nous ont retrouvés pour un casse-croûte frugal mais bien sympathique.

Puis, en fin d’après-midi se sont les parents qui nous ont rejoints pour assister aux dernières charges de cavaleries, aux derniers coups de canons et partager ensuite un goûter. Celui-ci a clôturé notre dernière séance de jeu de l’année avant la dissolution de la section.

Chacun est ensuite reparti, heureux de cette belle journée entre amis mais non sans éprouver une certaine émotion dû à la fin de cette belle aventure de trois années passées au sein d’une structure associative qui grâce à l’accueil et au soutien du régiment n’a pas d’équivalent dans le monde civil.

La Dernière Bataille
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article